Menu principal

Retour vers Mini-jeux  Mission protection

Espèces à privilégier

Flétan de l'Atlantique

Flétan nageant dans l’aquarium du Biodôme.

Dans le golfe du Saint-Laurent, il est généralement pêché à la palangre, ligne munie d'une série d'hameçons et déposée sur le fond. Cela permet d'éviter de pêcher d'autres espèces accidentellement et de dégrader le milieu naturel.

Photo: Biodôme de Montréal

Truite arc-en-ciel

Truite arc-en-ciel en train de nager.

Très appréciée des pêcheurs sportifs, c'est aussi un bon choix quand elle provient du commerce; particulièrement lorsqu'elle a été élevée en confinement total, dans des bassins d'élevage qui ne sont pas en contact avec le milieu naturel.

Photo: Libre de droits

Crevette nordique

Crevette nordique en gros plan.

Dans le golfe du Saint-Laurent, on la pêche au chalut, une méthode qui a peu d'impact sur l'habitat aquatique et permet de réduire au maximum la capture accidentelle d'autres espèces.

C'est la première pêche canadienne à avoir reçu la certification de pêche durable du Marine Stewardship Council.

Photo: Robert Baronet

Espèces à éviter

La morue franche

Morue franche nageant dans l'aquarium d'Exploramer.

Chez les poissons, les plus gros mangent souvent les plus petits. La morue franche chasse en profondeur, dans la noirceur, où elle utilise le barbillon sous son menton pour détecter les poissons et crustacés cachés dans la vase. Les poissons carnivores comme la morue ne mangent que des animaux. Les poissons omnivores, eux, mangent des animaux et des algues.

Photo: Robert Baronet

Chevalier cuivré

Dessin de chevalier cuivré.

La pollution, les espèces envahissantes, le développement urbain et la navigation de plaisance sont autant de facteurs qui contribuent à la dégradation de l'habitat de ce poisson, qui a du mal à se reproduire.

Photo: Ghislain Caron, projet Rescousse

Esturgeon noir

Esturgeon noir nageant dans l'aquarium du Biodôme.

Il est très apprécié pour son caviar et pour sa chair, souvent fumée. Mais la pêche commerciale et la dégradation de son habitat menacent fortement sa population.

Photo: Biodôme de Montréal
Haut de page